La Fée Line et les influencers

La Fée Line/ juin 14, 2020/ Actualités/ 0 comments

Salut à toutes et à tous ! J’espère que vous avez passé une bonne fête des mères et bientôt ce sera la fête des pères ! De ce fait, je n’ai pas eu trop le temps de préparer une traduction de patrons gratuits, en plus des derniers évènements que j’ai vécu pour la boutique.

Je vous explique : il se trouve que depuis quelques temps, je reçois pas mal de messages d’influenceuses/influenceurs (je dirai influencers pour la suite de l’article), qui souhaite que je leur envoie des articles gratuitement pour obtenir un test qu’ils postent sur leur blog/page facebook/ instagram/etc. C’est une définition rapide des influencers, mais c’est en gros le principe.

Ainsi, j’ai accepté l’aide de quelques uns/unes d’entre eux pour me faire une publicité gratuite, en échange de leurs bons services. Mais je me suis rendu compte qu’il existait plusieurs profils, que ce soit dans le bon comme dans le mauvais.

Au début, j’étais prête à accepter n’importe quel aide, du moment que c’était gratuit, ou qu’on ne demandait pas un investissement, car en tant que créatrice, je n’ai pas forcément les moyens de payer quelqu’un pour faire ça. J’ai effectivement profité des publicités Facebook (payantes) qui m’ont coûté pas mal sans forcément m’apporter un retour que j’attendais, malheureusement.

En revanche, j’ai eu des retours plus positives sur mes premières expériences avec une influenceuse. Le concept des concours était intéressant et j’ai voulu voir plus loin. C’est là que les messages d’influencers proposant leurs services ont commencé à m’envahir. Cependant, j’ai eu quelques surprises et dorénavant, je me suis promis de faire une sélection. Alors je m’excuse d’avance de ne pas prendre le temps de répondre à tous les messages d’invitations, mais je vais donner mes raisons ci-dessous :

Les messages de masse

Ce sont les messages impersonnels, qui ont été copié/collé pour envoyer à un maximum de boutiques pour proposer ses services. C’est un peu la solution de facilité pour espérer « attraper » quelqu’un dans le temps. Pour ma part, je ne supporte pas ce genre de message. J’ai travaillé et je travaille toujours dans des entreprises, et pour moi, démarcher une entreprise, que ce soit par un CV et une lettre de motivation ou pour proposer ses services comme influencer, c’est la même chose. Alors, c’est bien gentil de se présenter, de donner les bénéfices d’un tel partenariat, mais… Qu’est-ce qui fait que telle ou telle boutique vous plait ? Le fait de ne pas répondre à cette simple question me donne l’impression que ces influencers veulent juste profiter de produits offerts, sans pour autant s’intéresser aux produits eux-mêmes.

Les erreurs de public

De ce fait, j’ai eu quelques influencers (on peut mettre au féminin pour le coup) qui m’ont raconté leur vie de maman. Alors, je n’ai rien contre ce fait, c’est beau une maman, avec de jeunes enfants, la vie est rose et tout. Mais la majorité de mes produits ne sont justement pas destinée à un si jeune public. Je fais de mignonnes petites peluches, mais elles ne sont pas normées pour les enfants, bien que j’assure une sécurité. Je ne les norme pas pour la simple raison qu’il me faudra faire passer des tests sur chacun de mes produits, et ces tests coûtent bien 200 euros (aux dernières nouvelles, ça a peut-être changé). Or je doute que les clients acceptent de payer des peluches artisanales à ce prix pour les mettre entre les mains de leurs enfants (les grosses entreprises peuvent se le permettre).

Pour en revenir donc aux influencers, prenez garde aux boutiques que vous démarchez sur leurs produits, car le public que vous avez ne correspond pas forcément à la future clientèle des dites-boutiques. Non pas que je dise que les mamans peuvent ne pas être mes clientes, mais quand on met en avant dans son intitulé qu’on est une jeune maman avec des tout petits-bouts, je sais que je ne vendrai pas énormément auprès de cette clientèle. Mes produits visent plutôt un public jeune, adolescents ou jeunes adultes, d’une culture pop et geek, des femmes, des personnes qui se soucient de l’environnement.

La rémunération ?

Alors ça, oui, j’en ai eu dans le tas. Des personnes qui se proposent de faire de la pub MAIS qui demandent une rémunération. Alors oui, pourquoi pas ? Mais je crois qu’on se trompe de personnes. Peut-être qu’il y en a qui l’acceptent, mais moi non. Il y a suffisamment de personnes qui proposent leur service tout simplement en échange de produits offerts pour que je n’ai pas à rémunérer d’autres influencers. D’autant plus qu’il faut regarder la qualité des articles (merci pour les fautes de français dans les articles, j’en parlerai après). Pour le coup, ça m’a fait à des personnes qui viennent quémander de l’argent. Il y a des grosses entreprises ou des agences d’intérim pour ça. Ne venez pas quémander de l’argent aux petits artisans.

La qualité des tests

Je me suis fait avoir un coup. Maintenant je me méfie. On voit tellement de fautes sur internet que peut-être on ne s’en aperçoit plus vraiment, mais là… Non. Quand on passe beaucoup de temps sur des tests, qu’on écrit beaucoup pour des professionnels, on essaie de faire un effort pour donner de la qualité. Même s’il s’agit d’un service gratuit, c’est de la conscience professionnelle. Au début, je pensais que ça passerait. Puis j’ai vu l’article et je me sis sentie très mal à l’aise : « que vont penser les gens ? » Le résultat ne s’est pas fait attendre : on m’a demandé des explications, cela en revenait à se poser des questions sur la qualité de mes produits. J’excuse les fautes de frappe, mais quand il s’agit de plusieurs fautes grossières, on se doute que la personne qui écrit ne fait pas attention à la qualité de ses articles, ça fait travail bâclé.

Conclusion

Voilà donc une réponse générale aux influencers qui viennent me proposer leurs services. Je sélectionne ceux qui peuvent vraiment m’intéresser, qui sont là pour m’offrir une qualité de service et non perdre mon temps avec des gens qui ne veulent que profiter d’objets de qualité. Je prends du temps pour faire chacune de mes créations, je souhaite que les gens qui travaillent avec moi en fasse autant.

Pardon de vous avoir embêté avec tout ceci, je vous promets un patron gratuit pour le week-end prochain !

Je vous annonce également que le 2 juillet et le 2 août, il n’y aura pas de nouveautés dans la boutique, mais je vais faire en sorte de proposer davantage de couleurs ou de variantes sur mes autres produits !

A très bientôt !

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*